Magasin Général

Publié le par M@2T

En rentrant du boulot hier, j'ai trouvé dans ma boîte aux lettres un colis de la Fnac. Entre autres livres, CD et DVD s'y trouvait le tome 5 d'une BD que j'ai dévoré de suite et que je conseille vivement : Magasin Général.

La série relate la vie d'un village perdu dans la province québécoise des années 1920 et de son seul commerce, le magasin général tenu par Marie, la quarantaine et veuve. L'arrivée d'un étranger dans le village va redonner le bonheur à Marie et bouleverser le quotidien de la communauté, mais pas comme on pourrait l'imaginer...

Magasin Général est une saga écrite et dessinée à quatre mains. Ses auteurs Régis Loisel (Peter Pan, La Quête de l'Oiseau du Temps) et Jean-Louis Tripp (Jacques Gallard, Paroles d'Anges, Le Nouveau Jean-Claude) ont eu l'idée de conjuguer leurs talents en 2003, alors qu'ils partageaient le même atelier à Montréal. Le plaisir qu'ils ont pris a réaliser cette fresque se ressent au premier coup d'oeil, les ambiances de Tripp mettant les traits de crayon de Loisel en valeur.

Au travers de cette oeuvre, les deux auteurs rendent hommage au Québec, région qui leur est chère, avec son parlé coloré. Afin d'en rendre le vocabulaire abordable aux français tout en satisfaisant nos cousins de Nouvelle-France, Loisel et Tripp ont fait appel à l'auteur montréalais Jimmy Beaulieu (Le Moral des Troupes) pour trouver un juste niveau de langage.

A chaque tome, c'est le même plaisir que je ressens à savourer la qualité des dessins, la simplicité du scénario et le dépaysement du langage. Un pur moment de détente qui se termine toujours avec la même question en tête : A quand la suite?... ^^

Synopsis (par J-L Tripp) :

"Canada, province de Québec. Notre-Dame-des-Lacs est un village de 200 âmes perdu au fond d’une vallée. Nous sommes dans les années 20. C’est l’époque de « la grande noirceur » où l’église catholique fait peser sur les campagnes le lourd couvercle de sa rigueur morale.

Marie Ducharme, la quarantaine, est veuve. Elle s’occupe du Magasin Général, seul commerce et point de passage obligé des villageois. Les rudes journées auraient pu ainsi s’égrainer au rythme des hivers sans fin si une improbable rencontre n’était venue bouleverser le cours des choses.

En se révélant à elle même, Marie va lestement dynamiter la morne routine du village.

Magasin Général est une fable rurale et truculente dans la veine d’un Frank Capra, un de ces récits euphorisants dont on sort le cœur léger et qui vous redonnent confiance en l’humanité. "


Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article