Le Château du Puy du Fou, témoin d'un long passé

Publié le par M@2T

Durant l'été, je suis allé à plusieurs reprises me ballader au Grand Parc du Puy du Fou (85). Reflex en main, j'ai eu tout le loisir de prendre des centaines de clichés du site et des spectacles proposés. Le but étant de vous les faire partager, je vais vous présenter une série de photomontages au fil des semaines à venir. Mais avant cela, je souhaite revenir sur l'histoire au combien chargée du lieu.


Ethymologie :  Puy du Fou vient du latin podium (hauteur, colline) et fagus (hêtre). Cela veut dire "sommet des hêtres".

Descendants des vicomtes de Thouars, la famille du Puy du Fou (abrégé PdF pour la suite de l'article) fait édifier un premier château sur le site des le XIe siècle (dont les ruines servent de décor au "Bal des Oiseaux Fantômes"). Maintes fois agrandi et transformé jusqu'au XIVe, le château est incendié durant les guerres de Cent Ans par les Anglais car le seigneur des lieux Guy II du PdF (1375-1453) a pris partie pour le roi de France Charles VII. Guy du PdF entreprend aussitôt la construction d'un nouveau château en bordure de l'étang du Puy du Fou. Les travaux débutent en 1432, après que Charles VII lui accorde les lettres patentes.

Un siècle plus tard, François II du PdF (1495-1548), écuyer tranchant du roi, entreprend de modifier le château dans le style renaissance italienne afin d'avoir une demeure qui sied à sa haute position. Il fait notamment édifier un corps de logis de 64m de long dont la facade extérieure surplombe l'étang du domaine. Son fils René (1528-1570) et la veuve de ce dernier Catherine de la Rochefoucauld poursuivent les travaux par la construction de l'aile nord et la grande loggia. Les guerres de religions interrompent la suite des travaux qui ne seront jamais repris.

En 1659 le château est vendu au financier Claude de Boylesve. Les descendants de ce dernier entreprennent des restaurations de la demeure au XVIIIe. En 1791 le marquis de Belboeuf rachète le château. Dans la foulée de la Révolution, les populations de la région s'insurgent ; les guerres de Vendée éclatent. En 1794 les colonnes infernales du général Turreau incendient une partie du château. Les Belboeuf puis leurs descendants essayeront de suaver le château mais cela n'empêche pas l'effondrement du 1er étage du logis au début du XXe.

Après plusieurs décennies d'abandon, le Conseil Général de la Vendée acquiert le château en 1977, alors que celui-ci est classé au titre des monuments historiques depuis peu. Un écomusée y est alors créé, qui retrace l'histoire de la Vendée de la préhistoire à nos jours. Ce dernier a fermé ses portes en 2006, suite à l'ouverture de l'Historial de la Vendée aux Lucs-sur-Boulogne (85), où les collections ont été transférées.

Publié dans Où aller - quoi faire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article