La Basilique Saint-Marc

Publié le par M@2T

Située sur la place éponyme qu'elle domine, la Basilique Saint-Marc est, de par ses dimensions et ses ornementations, un symbole de la splendeur passée de Venise.

 

Fortement Inspirée par l'architecture byzantine, longtemps réservée à l'usage privé des doges, la basilique jouait surtout un rôle politique du temps de la République de Venise, dont elle reflétait la puissance à travers le monde.

 

Venezia 074

 

Une construction en plusieurs étapes

 

Sa construction fut entreprise suite à l'arrivée du corps de Saint Marc l'Evangéliste dans la cité en 828, ramené d'Alexandrie par deux marchands vénitiens, pour y déposer la relique. Une église fut ainsi érigée à l'emplacement de la chapelle privée du palais des Doges.

 

Cette première église fut détruite lors d'un incendie survenu lors d'une révolte des Vénitiens contre le doge Pietro IV Candiano en 976, incendie qui ravagea également le palais ducal, l'église Saint-Théodore et près de 200 maisons. Une partie des murs de l'église Saint-Marc étant toujours debouts suite à l'incendie, il fut alors entreprit une restauration à l'initiative du nouveau doge Pietro Orseolo.

 

A partir de l'an mille, la puissance de Venise se fit de plus en plus grande. Dans cette époque de ferveur religieuse, la Sérénissime souhaitait prendre son indépendance sur Constantinople. Dans ce but, le doge Domenico Contarini décida vers 1060 de reconstruire l'église Saint-Marc en un édifice somptueux qui imposerait la puissance de la cité.

 

Cette nouvelle construction, qui engloba la chapelle existente ainsi que l'église Saint-Théodore voisine, fut édifiée sur le modèle de l'église des Saints-Apôtres à Constantinople, selon un plan en croix grecque, dont la branche occidentale (celle qui donne sur la place) était  encadrée sur trois côtés d'un vestibule d'entrée , le narthex (la galerie sud est aujourd'hui ocupée par le baptistère, qui fut aménagé durant la première moitié du XIVes).

 

Au début du XIIIes, les vénitiens ramenèrent de nombreux trésors du pillage de Constantinople, survenu au cours de la quatrième croisade, qui vinrent embellir la basilique : colonnnes, chapiteaux, sculptures, marbres... Les quatres chevaux de bronze situés au-dessus du portail principal font partie de ce butin.

 

Venezia 075

quadrige de bronze (IVes avt JC)

 

Toujours au XIIIes, les coupoles extérieures furent réhaussées pour donner de la hauteur à la basilique. Pour se faire, les constructeurs de l'époque réalisèrent des charpentes en bois qu'ils recouvrirent de plaques de plomb, ce qui leur évita de modifier les coupoles intérieures.

 

La façade de la basilique connu une transformation importante au XVes. La majorité des mosaïques fut remplacée, et de nombreux éléments gothiques furent ajoutés (statues, frises, pinacles et sculptures). Cette modification donna à la Basilique Saint-Marc son aspect actuel, de style typiquement vénéto-byzantin.

 

Venezia 076

 

La façade, ses mosaïques et ses trésors

 

Avec ses 52m de long, la façade de la basilique domine la Piazza San Marco et interpelle le visiteur par ses nombreux ornements, ses dorures et couleurs. Elle est percée de 5 portails ornés de mosaïques, couronnés d'arcs soutenus par des colonnes antiques en marbre, prophyre, jaspe et albâtre.

  Venezia 077

"La translation du corps de Saint Marc dans la basilique", XIIIes

mosaïque de la Porta di Sant'Alippio (portail le plus à gauche)

c'est la seule mosaïque d'origine de la façade

(les autres ont été remplacées)

la basilique y est représentée sous son aspect du XIIIes,

avant les transformations

 

Venezia 078

"Le doge et le peuple accueillant le corps de Saint Marc", XVes

mosaïque du portail de Saint Pierre

 

Venezia 079

"Le Jugement dernier", XIXes, mosaïque du portail central

les sculptures qui ornent les 3 arcs datent du XIIIe et XIVes

y sont présentés des animaux, les mois de l'année, les signes du zodiaque,

des représentations allégoriques de la terre et de la mer,

différents corps de métiers...

 

Venezia 080

"L'arrivée du corps de Saint Marc au port de Venise", XVes

mosaïque du portail de Saint Clément

 

Venezia 081

"L'enlèvement de la dépouille de Saint Marc à Alexandrie", XVes

mosaïque du portail de la chapelle Zen

 

 

Les portails sont surmontés d'une terrasse, sur laquelle les chevaux de bronze ramenés de la quatrième croisade furent dressés au milieu du XIIIes en symbole de la puissance de Venise.

 

A la chute de la République en 1797, Napoléon ramena le quadrige à Paris, où il fut installé sur l'Arc de triomphe du Caroussel aux Tuileries. Il faudra attendre 1815 et la chute de l'empereur pour que les chevaux retrouvent leur place.

 

En 1982, le quadrige menacé par la pollution fut remplacé par une copie et l'original mis à l'abri dans le musée de Saint-Marc, situé dans les parties hautes de la Basilique et accessible depuis le narthex. L'entrée au musée permet d'accéder à la terrasse pour admirer la partie supérieure de la basilique et ses ornementations gothiques, chose que nous n'avons malheureusement pas eu le temps de faire.

 

Venezia 082

partie supérieure de la basilique, au-dessus du portail principal

 

La façade sud située sur la Piazzetta, à proximité de l'entrée du Palais des Doges, a également été conçue avec soin, du fait qu'elle est la première à s'offrir au regard des visiteurs arrivant du canal de Saint-Marc.

 

Devant celle-ci se dressent deux magnifiques colonnes syriennes aux décors de vigne, qui proviendraient selon une chronique historique de Saint-Jean d'Acre, d'où les Vénitiens les auraient dérobées suite à leur victoire sur la rivale Gênes en 1256. Une expertise récente déclare toutefois qu'elles faisaient à l'origine partie de la grande église Saint-Polyeucte de Constantinople (bâtie au VIes,détruite à la fin du XIIes).

 

Venezia 083

façade sud de la Basilique Saint-Marc, avec les deux colonne syriennes

 

Venezia 019

A droite du portail, un autre

trésor issu des pillages

vénitiens de Constantinople

se trouve dans l'angle du mur,

une sculpture en prophyre

rouge datée du IVes

représentant le groupe des

trétrarques. Instaurée par

l'empereur romain Dioclétien

à la fin du IIIes, la trétrarchie

fut un système politique mis en

place pour défendre l'Empire

romain contre les invasions

barbares. Le territoire était alors dirigé par 4 empereurs (2 augustes secondés de 2 césars). Ce système ne fonctionna que peu de temps, l'auguste Constantin Ier redevenant unique empereur en 324.

 

Venezia 084

façade sud de la Basilique Saint-Marc, de nuit

 

L'intérieur de la "basilique d'or"

 

En entrant dans la basilique, le visiteur comprend tout de suite d'où lui vient ce surnom, tant il est saisi par les mosaïques sur fond d'or qui parent le plafond et les coupoles de l'édifice. Celles-ci ont été réalisées entre le XIIe et le XVIIes, et elles représentent l'histoire de la chrétienté (Ancien et Nouveau Testament).

 

Nous n'avons malheureusement pas de clichés à vous montrer (il est interdit d'y prendre des photos), mais imaginez-vous plus de 4.200m2 de mosaïque dorées (l'équivalent des 2/3 d'un terrain de foot, ou de 26 terrains de volley!), des marqueteries de marbre sur les sols et des colonnes polychromes de tous les côtés!

 

A cela s'ajoute de nombreuses ornementations qui sont autant de chefs-d'oeuvre :

  • l'iconostase, cloison de colonnes de marbre surmontée de sculptures de la Vierge et des apôtres, à l'entrée du choeur

  • le baldaquin du maître-autel (sous lequel repose le corps de Saint Marc), soutenu par quatre colonnes sculptées en albâtre

  • la Pala d'Oro du maître-autel, somptueux retable d'or de style vénéto-byzantin, réalisé au Xes puis remanié plusieurs fois jusqu'au XIVes, pièce d’orfèvrerie exceptionnelle par ses dimensions (3,45m sur 1,40m)  et la quantité de pierres précieuses incrustées (1300 perles, 300 émeraudes, 300 saphirs, 80 émaux, 75 rubis).

  • le Trésor de de la Basilique, auquel on accède depuis le transept droit, où sont exposés des nombreux objets d'art précieux, rapportés de Constantinople suite à la quatrième croisade : le retable d’albâtre, le reliquaire du Saint Sang du Christ, des icônes, des coupes précieuses, des chandeliers, des coffres...

  • la Madone Nicopeia, icône byzantine du XIes particulièrement précieuse car elle précédait jadis l'empereur de Byzance sur le champ de bataille, située dans le transept gauche

Pour ceux qui auraient encore du mal à se faire une idée, une visite virtuelle en 3D est possible  ICI.

Publié dans Venise

Commenter cet article