Anges & Démons, le film

Publié le par M@2T

Maintenant que nous sommes revenus sur le roman de Dan Brown, nous pouvons désormais lacher nos critiques sur le film Anges & Démons réalisé pa Ron Howard.


Après une longue attente nottament due à la grève des scénaristes l'année passée outre-atlantique, c'est plein d'espoir mais également de doutes que nous nous sommes plongés su la version cinéma du best-seller.

A la sortie de la projection, nous étions purement et simplement déçus par le résultat qui s'apparente plus à une inspiration du livre plutôt qu'àson adaptation. Les carences sont en effet tellement nombreuses et importantes qu'on ne retrouve pas l'ambiance de départ. Jugez plutôt :

- Le scientifique et homme d'église n'est plus Leonardo Vetra, père adoptof de Vittoria, mais seulement son associé renommé Silvano Ventivoglio. Ce premier changement ôte tout sens au rôle de cette dernière qui ne cherche plus à vanger la mort du défunt et la réduit au simple rôle de pottiche, certe belle et intelligente, mais pottiche tout de même ;

- Le personnage de Koller, directeur du CERN, est tout simplement inexistant ;

- Ce n'est pas le CERN mais le Vatican qui prend contact avec Robert Langdon, sur l'idée d'Olivetti. Ce changement reste toutefois compréhensible vu que le film se présente en tant que suite du Da Vinci Code alors que le livre en est le préquel ;

- Olivetti, justement, n'est plus que "simple" membre de la police vaticane et non pas chef des gardes suisses. Il n'estau final réduit qu'à être chauffeur dans Rome pour Langdon ;

- Pour pallier à l'absence de Koller et au rôle erroné d'Olivetti, Ron Howard invente les personnages de Richter en tant que chef des gardes suisses et le père Siméon, afin de démasquer le double-jeu du camerlingue ;

- L'assassin n'est plus un fanatique mais un tueur à gages ;

- Les journalistes Gunter et Macri n'apparaissent pas ;

- Le camerlingue, dont le nom à au pssage changé, ne connaît rien du secretdu défunt pape (que nous ne dévoilerons pas pour ceux qui n'ont pas lu le livre), ce qui retire une face psychique importante dans la compréhension du personnage ;

- L'un des 4 cardinaux  est sauvé par Langdon et se fait élir pape alors qu'aucun ne survit dans le roman ;

- Langdon n'est pas présent avec le camerlingue dans l'hélicoptère au moment où celui-ci part faire exploser l'antimatière, effaçant ainsi tout le passage sur l'île tibérine...

Le cadre somptueux de Rome, le rythme soutenu de la course contre la montre, voir la présence de Tom Hanks et Ewan McGregor parmi le casting narrivent malheureusement pas à réhausser le résultat de ce film américain à (trop) gros budget qui restera pour nous comme l'une des plus mauvaises adaptation d'un roman au cinéma.

Publié dans Ciné-TV

Commenter cet article